AVERTISSEMENT – Pouvez-vous être licencié à cause d’un post FACEBOOK ?

 

 

Comme beaucoup de monde, vous savez l’importance qu’ont pris les réseaux sociaux dans notre vie de tous les jours. On a beaucoup entendu parler de ces salariés qui se sont fait licencier après avoir insulté leurs employeurs sur Facebook.

Je me suis toujours posé la question, et je pense que vous aussi. A votre avis, quelle est la valeur juridique d’une publication Facebook vis-à-vis de son employeur ? C’est à dire, dans le cas où on manifesterait notre mécontentement, voir plus si affinités. Notre employeur a-t-il la possibilité de nous licencier ? Mais j’ai entendu tellement d’histoires à ce sujet que finalement, je ne savais plus quoi penser. 

Dernièrement, j’ai lu plusieurs articles qui m’ont permis de clarifier la situation et de connaitre enfin la vérité du moment. Je dis bien du moment parce que tout peut changer en fonction des décisions de justice. Et ça va tellement vite, à l’image d’internet. En ce moment même, certains verdicts prennent le contre-pied des décisions précédentes. Des employés arrivent même à obtenir gain de cause en appel pour rupture abusive de contrat. 

En aucun cas, je vous dit que je détiens la vérité, surtout pas dans ce type d’affaire. Je ne suis pas avocat ou autre, je ne fait que relater et partager des articles de professionnels. 

Dans cet article, je vais donc vous révéler si il est possible d’utiliser Facebook sur son temps de travail. Un salarié peut-il dénigrer ses supérieurs hiérarchiques, son employeur ou ses collègues via le réseau social. Pour quelles raisons pouvez-vous être licencié à cause d’une publication Facebook. Quelle est la plus grosse erreur commise sur les réseaux et bien plus encore.

Bonjour, je m’appelle David, je suis conseiller en recherche d’emploi et non avocat 😁, jaide les jeunes avec ou sans diplôme, avec ou sans expérience professionnelle à décrocher un job rapidement.

 

Pouvez-vous Utiliser Facebook sur votre temps de travail : et bien, c’est NON sauf si vous êtes community manager

 

Utiliser Facebook durant son temps de travail peut être considéré comme un abus de bien social. Vous devez savoir que la jurisprudence est claire : vous n’avez normalement pas à utiliser votre temps de travail pour vos occupations personnelles.

Pour savoir si vous avez détourné un moyen mis à votre disposition par l’entreprise à des fins personnelles, un juge déterminera la fréquence et la durée de votre utilisation du réseau social. Si votre employeur vous reproche une utilisation abusive des réseaux sociaux, tout cela peut tout de même aboutir à des sanctions disciplinaires, voir à un licenciement.

Mon conseil : à part si vous êtes community manager, n’utilisez pas les réseaux sociaux en dehors de vos pauses. En plus, cela permet de faire un break donc, c’est tout bénef.

 

Maintenant passons aux choses sérieuses. Est ce qu’on peut Dénigrer nos collègues ou notre employeur sur Facebook : alors là, je dis « attention danger »

 

Pour votre utilisation des réseaux sociaux, le plus important à savoir est : est-ce-que votre publication est considérée comme publique ou privée ?  Cela veut dire : faites attention à votre anonymat et vos paramètres de confidentialité. Anonymat, car si des propos injurieux vous sont attribués publiquement, vous risquez une sanction. Pour les paramètres de confidentialités, il a été jugé qu’une publication dans un groupe Facebook était public. Ce sont les mêmes règles qui s’appliquent, si vous dénigrer ou insulter votre employeur.

On ne peut pas reproché à un salarié d’avoir tenu des propos critiques envers son entreprise, mais des propos dénigrants pourront toujours être sanctionnés. Vous pouvez vous plaindre auprès de vos proches, mais il ne faut pas laisser ces propos publics quels qu’ils soient.

C’est cette différenciation entre public et privé qui a motivé la décision de la Cour d’appel de Toulouse. Dans cet exemple, la salariée avait quitté son espace de travail. C’était un immense espace avec plein de bureaux en laissant son ordinateur non verrouillé. Ainsi, ses collègues pouvaient avoir accès directement à son Facebook. C’est ainsi qu’ils découvrent ses propos injurieux envers son employeur.

La salariée a été licenciée pour faute. En effet, insulter son patron peut mener de manière tout à fait légitime à un licenciement. Dans le cas de cette affaire, la salariée a contesté ce licenciement en disant que ses propos étaient tenus sur Facebook, mais dans le cadre de conversations privées. Cependant, le fait de ne pas avoir verrouillé l’ordinateur, simple oubli, a été considéré par les juges comme un manquement qui rendait les propos publics.

Mon conseil : en l’état actuel du droit, pour vous protéger, mettez toujours un mot de passe pour avoir l’accès à vos comptes personnels et particulièrement votre ordinateur personnel. Le top serait de ne jamais dénigrer ou insulter votre employeur sur les réseaux, faites-le plutôt de vive voix dans le cadre privé. Non, je rigole, quoique… Dites-vous simplement que juste le fait de laisser des traces de propos injurieux, même dans le cadre privée, ne protège pas totalement le salarié. Et que du coup, vous serez toujours sous le coup d’une sanction. Donc, ne jouez pas avec le feu.

 

La plus grosse erreur commise sur les réseaux : Soyez prudent avec le paramètre « les amis de mes amis »

 

Lorsque le profil d’un employé est public ou que celui-ci est ami avec plusieurs collègues de l’entreprise, les informations qu’il contient sont considérées comme des preuves utilisables par n’importe qui. C’est ainsi que la loi a défini que les informations disponibles pour “les amis d’amis” ne garantissaient en aucun cas votre vie privée. Même si l’employeur n’a pas lui-même accès à votre profil, l’information qu’il y trouve est valable si celle-ci a bien entendu été acquise légalement.

Les faits d’ordre privé peuvent également être un motif valable. Des exemples parmi d’autres sont la consommation de drogues ou la débauche sexuelle.

Un message Facebook parlant d’une soirée arrosée en dehors des heures de travail mais entraînant une absence de l’employé le lendemain peut être une raison de licenciement pour faute grave. Si la consommation de drogues est visible sur les réseaux sociaux cela peut être considéré comme une faute grave car publiée ouvertement et visible par n’importe qui.

Le statut de l’employé peut également jouer au niveau de la décision du licenciement pour faute grave ou non. Un directeur du personnel aura des circonstances aggravantes s’il est pris en flagrant délit.

Un autre exemple est celui d’un employé en incapacité de travail mais sur la page Facebook d’un café, on trouve des photos où on le voit entrain de servir des clients et donc de gagner de l’argent non déclaré. Là aussi, circonstances aggravantes. 

Donc, vous avez compris l’importance et la dangerosité des réseaux si on s’en sert de manière irréfléchie. De toute façon, il est très difficile de se protéger efficacement. Le mieux est de limiter ce type de publications. Gardez toujours à l’esprit que, tout ce que vous postez, pourra être retenu contre vous. Donc, méfiance.

Pour terminer, je vous remercie d’avoir lu cet article. En espérant que celui-ci ait répondu à vos interrogations. N’oubliez pas de croire en vous, de ne rien lâcher, d’être professionnel et vous verrez que la vie finira par vous sourire. La persévérance et le travail finissent toujours par payer.

Je vous souhaite une bonne continuation pour votre recherche d’emploi.

A bientôt.

 

David Fraisse.

 

Voir la vidéo youtube – AVERTISSEMENT – Pouvez-vous être licencié à cause d’un post FACEBOOK ?

 

Source : https://www.village-justice.com

https://www.coindusalarie.fr

. .

0123456789012345678901234567890