Sélectionner une page

Job pour les Gamers – La cyber-sécurité recrute des joueurs de jeu vidéo

 

 

Quand on est jeune jeune et en recherche d’emploi, on a tendance toujours à se tourner vers les mêmes secteurs d’activité comme la vente, la grand distribution, la restauration etc etc…

On aimerait trouver un secteur original, mais le top serait quand même de trouver un job en relation avec l’une de ses passions comme les jeux vidéos par exemple. 

Donc, aujourd’hui je vais vous révéler pourquoi la pratique de votre loisir préféré peut vous permettre de trouver un emploi, et en plus ceci est valable pour les prochaines années à venir.

 

Je vais vous expliquer pourquoi la cyber-sécurité recrute des gamers :

  • pourquoi ce marché explose et va continuer d’exploser dans les années à venir,
  • devez-vous posséder de l’expérience pour être embauché,
  • quelles sont les qualités qu’une entreprise recherche chez un joueur,
  • et je vais vous donner 12 arguments (qualités ou compétences) que vous devez présenter à l’employeur quand vous êtes gamer.

 

Bonjour, je m’appelle David, je suis conseiller en recherche d’emploi, j’aide les jeunes de 14 à 24 ans en recherche d’emploi à décrocher un job rapidement sans expérience professionnelle.

Alors, dans une étude que j’ai lu dernièrement, les experts en cybersécurité déplorent le faible nombre de candidats qualifiés, alors que les cyber-attaques augmentent dans le monde.

Les candidats qualifiés en cybersécurité vont devenir de plus en plus rares.

Deux organismes américains, je vous mets les noms ci-dessous, (Le Center for Cyber Safety and Education et l’International information Systems Security Certification Consortium (ISC2)) ont interrogé 19 000 spécialistes de la sécurité informatique dans le monde.

Ces experts estiment qu’1,8 million de salariés qualifiés en cybersécurité devraient manquer dans le monde d’ici 2022.

La pénurie de candidats s’explique notamment par la forte demande des entreprises. Les employeurs voient plus grand encore, puisqu’ils sont 70 % à souhaiter étoffer leurs équipes techniques chargées de la sécurité informatique.

Ces projets de recrutements sont portés par l’explosion récente des cyberattaques dans le monde. Je vous donne un exemple de cyber-attaque fréquente, le ransomware. Alors qu’est ce que le ransomware, c’est un logiciel informatique malveillant, prenant en otage des données.

Le ransomware chiffre et bloque les fichiers contenus sur votre ordinateur et demande une rançon en échange d’une clé permettant de les déchiffrer.

Apparus dans un premier temps en Russie, les ransomwares se sont répandus dans le monde entier, et principalement aux Etats-Unis, en Australie ou en Allemagne.

Bien souvent, le ransomware s’infiltre sous la forme d’un ver informatique, à travers un fichier téléchargé ou reçu par email, et chiffre les données et fichiers de la victime. La finalité est de racketter une somme d’argent à payer le plus souvent par monnaie virtuelle pour éviter toute trace. 

Donc en mai 2017, ce ransomware avait ciblé les hôpitaux britanniques. Au total, le programme malveillant avait pris en otage les données de près de 200 000 ordinateurs. Les pirates exigeaient des rançons en bitcoins pour restituer les données. On ne sait pas si finalement la rançon a été payé.

Dans ce contexte, le manque de profils qualifiés pose un grave problème de sécurité informatique. Deux tiers des professionnels en cybersécurité interrogés dans l’étude estiment aussi manquer d’effectifs.

 

Aux États-Unis, 68 % des experts assurent travailler en sous-effectif pour protéger leur entreprise des cyber-attaques.

Et surtout, là ou ça devient intéressant c’est que près de 9 salariés sur 10 en cybersécurité (87 %) n’ont pas d’expérience professionnelle avant leur embauche.

Donc voila un secteur ou on ne va pas encore vous demander de l’expérience, point important à souligner, étant donné qu’on nous répète à longueur de journée : « non, vous ne pouvez pas travailler pour tel poste, vous manquez d’ex prof », pour une fois, ce secteur fait plaisir.

 

La raison à cette pénurie est que les écoles ne produisent pas encore assez de jeunes diplômés. Pour parer à cette situation, les recruteurs misent sur l’embauche de profils inattendus : les gamers.

Et oui, qui l’eût cru, aujourd’hui être un pro des jeux vidéos peut être une réelle plus-value sur le marché de l’emploi. Les parents qui, pensent bien faire, interdisent à leurs enfants de jouer, vont pouvoir se détendre.

En effet, 72 % des professionnels interrogés par McAfee (l’éditeur de logiciel initialement connu pour son logiciel anti-virus) affirment que le recrutement de joueurs de jeux vidéo expérimentés est une bonne alternative pour combler le déficit de compétences en matière de cybersécurité.

Surprenant ? En y regardant de plus près pas vraiment en fait. Les gamers ont une façon de penser, une mentalité particulière. Les ingénieurs classiques vont mettre sur pied un système informatique répondant à un besoin et à un cahier des charges spécifiques.

Les gamers vont repousser les limites du système, trouver des fonctionnalités nouvelles, des failles…

Leur câblage est différent. Leur persévérance est très recherchée. Comme dans une partie de jeux vidéo, ils n’abandonnent jamais quitte à y passer la nuit pour parvenir à leurs objectifs comme faire un top 1, faire une nucléaire, débloquer un camouflage ou platiner un jeu…

Leur capacité de travail est énorme.

Dans l’article que j’ai lu, le directeur de la stratégie d’Orange Cyberdefense disait que contrairement aux idées reçues, les gamers aiment le travail d’équipe et ne sont pas nécessairement des loups solitaires.

Au contraire, ils jouent en réseau et appartiennent à des communautés au sein desquelles ils se challengent, s’entraident…

Un point évidemment apprécié les employeurs. Les professionnels de la cyber-sécurité apprécient la logique d’un joueur, sa capacité d’anticipation, sa créativité, son goût du risque et du jeu sont essentielles dans les stratégies de cybersécurité.

Les trois quarts des responsables informatiques seraient prêts à embaucher des joueurs même s’ils ne disposent pas de formation ou d’expérience spécifique en cybersécurité selon l’étude McAfee.

Cela confirme la stat citée précédemment ou je vous disais que 9 salariés sur 10 en cybersécurité (87 %) n’ont pas d’expérience professionnelle avant leur embauche.

 

L’expérience des jeux vidéos est un atout sur son CV

De plus en plus de candidats à la recherche d’un emploi rajoutent leur expérience de jeux interactifs en ligne, considérée comme un point positif par de nombreuses entreprises.

Autrefois associée à un comportement antisocial, la perception des gamers a changé. On leur reconnait des compétences qui peuvent se transposer dans le monde du travail.

Les jeux multi-joueurs en réseaux en particulier, de plus en plus populaires, développent des aptitudes prisées par l’employeur.

Les heures passées devant l’écran ont contribué à développer un grand pouvoir de concentration, une rapidité dans l’exécution, des compétences accrues en matière de communication, de collaboration, d’adaptation, ainsi que la capacité à apprendre et à résoudre des problèmes complexes.

Il ne suffit pas toutefois d’énumérer des titres sur son CV, le candidat doit fournir un contexte et expliquer comment son expérience pourrait être bénéfique à l’entreprise.

Un exemple ? Un étudiant a décroché un emploi dans une grande étude d’avocats pour avoir indiqué sur son CV qu’il avait fondé une communauté en ligne autour du jeu Hearthstone et organisé un tournoi.

Inversement, certaines entreprises développent leurs propres jeux vidéo pour évaluer les futurs employés, devenant un véritable outil d’aide pour leur recrutement.

Les compétences acquises grâce aux jeux vidéos se transposent dans des situations réelles. Car au final, presque tout ce que nous faisons au XXIe siècle repose sur l’interaction avec des machines, des ordinateurs, iphone, tablette… sans compter tous les objets connectés.

Donc pour attirer l’attention des recruteurs, n’hésitez pas à mentionner votre passion pour les jeux vidéo sur votre CV.

Pour les plus jeunes qui ne savent vers quels secteur s’orienter, je vous conseille d’aller vous renseigner sur des formations étudiantes ou professionnelles.

Je vous ai listé, dans le désordre, les qualités et compétences acquises grâce aux gaming, incorporez-les dans votre CV ou votre discours de présentation ou les 2, ça vous donne des arguments très intéressants à présenter à l’employeur.

Les qualités d’un gamer sont :

  1. Le pouvoir de concentration,
  2. l’adaptation,
  3. la persévérance,
  4. la capacité de travail,
  5. le travail d’équipe,
  6. la logique,
  7. la capacité d’anticipation,
  8. la créativité,
  9. la rapidité dans l’exécution,
  10. l’acquisition de compétences accrues en matière de communication,
  11. le goût du risque et du jeu 
  12. et pour terminer la capacité à apprendre et à résoudre des problèmes complexes, ce qui est un peu l’essence du gamer, apprendre et résoudre.

 

Pour terminer, je vous remercie d’avoir lu cet article. En espérant que celui-ci ait répondu à vos interrogations.

N’oubliez pas de croire en vous, de ne rien lâcher, d’être professionnel et vous verrez que la vie finira par vous sourire. La persévérance et le travail finissent toujours par payer.

 

Je vous souhaite une bonne continuation pour votre recherche d’emploi.

A bientôt.

David Fraisse.

 

Voir la vidéo youtube – Job pour les Gamers – La cyber-sécurité recrute des joueurs de jeu vidéo

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx