Sélectionner une page

COMMENT PARLER DE SA PÉRIODE DE CHÔMAGE PENDANT UN ENTRETIEN D’EMBAUCHE EN 5 POINTS

 

Aujourd’hui, vous allez voir comment parler de sa période de chômage pendant un entretien.

Vous êtes en recherche d’emploi et vous êtes convoqué à un entretien d’embauche.

Le problème est que dans votre carrière, vous avez subi une ou plusieurs périodes de chômage, et vous avez peur que cela vous bloque pendant l’entretien. 

En plus, pour certain(e)s candidat(e)s, les périodes de chômage sont vécues, à tort, comme des échecs professionnels.

Déjà, dites-vous que ce n’est pas grave. 

Certains secteurs d’activités sont durement touché par la crise, et ça, vous n’y pouvez rien. Le marché de l’emploi est sinistré, et ça, vous n’y pouvez rien.

Le chômage n’a rien d’exceptionnel dans une carrière. Cette situation concerne de plus en plus de personnes. 

Qui n’a pas vécu une période sans emploi dans sa vie ?

Un licenciement économique, la volonté de changer de métier, prendre une année sabbatique… sont autant de raisons pouvant expliquer une période d’inactivité.

Une carrière professionnelle est faite de haut et de bas, et c’est valable pour tout le monde.

En plus, même si le chômage est soit-disant une période d’inactivité professionnelle, ce n’est pas le cas pour tout le monde. 

Cela peut être l’occasion de faire le point sur sa vie professionnelle.

De se former pour obtenir des diplômes, d’acquérir de nouvelles compétences et de faire évoluer sa carrière en postulant à de nouveaux emplois.

 

C’est pour cela que vous allez découvrir 5 points pour parler de sa période de chômage pendant un entretien d’embauche.

 

Pour commencer, selon une étude de pole emploi, vous devez savoir qu’aujourd’hui en France la durée moyenne du chômage est de 13 mois. 

Quel que soit votre emploi et votre profil, tous les secteurs d’activités sont touchés par le chômage. 

Que ce soit du directeur général à l’employé, que vous ayez 20 ans ou 55 ans, partez du principe que personne n’est épargné.

Tout le monde, sans exception, peut à un moment donné se retrouver au chômage. 

Et ce n’est pas grave.

Vous devez donc dédramatiser la situation. 

Partez du principe que le recruteur qui se trouve en face de vous, était peut-être au chômage, il y a 6 mois. 

Ou peut-être qu’il a connu une période sans emploi pendant une année complète, lui ou un membre de sa famille.

Donc dites-vous qu’il est possible que le recruteur ait connu cette situation et qu’il ne vous en portera pas préjudice. A condition, de bien l’expliquer, bien sûr.

Donc pour cela, vous devez respecter 5 points :

 

1er point – Parlez-en ouvertement

 

Même si vous ne le dites pas dans votre CV, un recruteur remarquera vite une période sans emploi dans votre parcours professionnel. 

Comment en parler ? 

Attendez que les recruteurs évoquent le sujet en premier quand ils vous poseront des questions sur votre parcours. 

Mais vous pouvez également prendre les devants. 

Vous pouvez en parler directement à l’employeur. 

Quand vous argumenterez sur vos diverses expériences professionnelles, n’hésitez pas de préciser vos périodes de recherche d’emploi, il appréciera votre honnêteté. 

Comme je vous l’ai dit auparavant, le recruteur a peut-être déjà connu le chômage, lui ou un membre de sa famille. 

Donc une chose est sûre : vous ne serez pas jugé. 

Le chômage concerne tout le monde : il n’y a donc aucune honte à en parler. 

  

2ème point – Expliquez juste le pourquoi du comment simplement, sans en faire des tonnes

 

Les recruteurs vont vouloir comprendre pourquoi vous avez vécu cette période de chômage. 

Si vous avez subi un plan de licenciement, dites-le tout simplement. 

En cette période de récession économique, ils sont fréquents. 

Vous avez eu la volonté de quitter votre entreprise pour prendre une année sabbatique et voyager à travers le monde ? 

Vous n’êtes pas le seul, beaucoup de personnes le font.

Vous avez voulu prendre du temps pour vous occuper de votre famille ? 

Les recruteurs comprendront parfaitement vos raisons. 

Quels que soit les motifs qui vous ont conduit à vivre cette période de chômage, n’ayez pas peur d’en parler et faites le avec simplicité. 

Mon conseil est de ne pas mentir.

Le recruteur peut vérifier les informations que vous lui avez donné.

  

3ème point – D’un point faible, faites-en une force

 

Un exemple, après un licenciement, vous ne vous êtes pas remis immédiatement à la recherche d’un emploi.

Ce n’est pas un problème. 

Nous sommes tous différents. 

Certain(e)s candidat(e)s ont besoin de prendre du recul pendant quelques mois pour accepter leur situation. 

Une personne qui a été licencié après 10 ans dans la même société peut avoir besoin de temps pour réfléchir à la suite à donner à sa carrière. 

Soyez transparent(e), dites-le à votre interlocuteur. 

Vous ne serez pas rejeté parce qu’il vous aura fallu du temps pour digérer votre licenciement. 

Au contraire même : si vous êtes passé par une baisse de moral, dites-le. 

Sans donner trop de détails. 

Vous pouvez expliquer ce que vous avez fait pour sortir de cette situation. 

Cela démontrera votre force de caractère, votre combativité et votre motivation.

D’une faiblesse, faites-en une force. 

  

4ème point – Démontrez votre persévérance et votre dynamisme en expliquant vos démarches

 

Vous devez expliquer ce que vous faites pour retrouver un emploi. 

Détaillez vos démarches et comment vous avez procédé : donnez les entreprises que vous avez contactées, les entretiens d’embauche passés, les employeurs rencontrés… 

Si votre période de chômage est longue, vous pouvez l’expliquer en la décomposant. 

Un exemple.

Dites que les 3 premiers mois, vous avez fait le point pour savoir la suite que vous vouliez donner à votre carrière. 

Dites aussi que vous en avez profité pour mettre à jour votre CV et que vous vous êtes lancé sur les réseaux sociaux pour booster votre recherche d’emploi. 

Et que depuis, vous répondez à des offres d’emploi, vous envoyez des candidatures spontanées et passez des entretiens. 

Vous devez démontrer que vous avez maximisé vos chances de réussir votre recherche d’emploi. 

C’est un excellent signal que vous envoyez aux recruteurs.

  

5ème point – Soyez positif

 

Même si vous êtes au chômage depuis un ou deux ans… 

Il existe de multiples raisons pour expliquer ça.

Certains secteurs d’activité sont plus impactés que d’autres par la crise économique. 

Vous avez peut-être eu des exigences salariales trop élevées au début de vos recherches.

Quelle qu’en soit la raison, vous devez toujours tourner la situation à votre avantage. 

Expliquez-le aux recruteurs, dites-lui que vous avez pris du recul pour analyser ce qui ne fonctionnait pas dans votre recherche d’emploi. 

Vous avez corrigé le tir et revu vos attentes salariales à la baisse. 

Le message que vous devez passer et que vous vous êtes remis en question. 

Par contre, ne vous plaignez pas et ne vous trouvez pas d’excuses. 

Le(a) candidat(e) qui rejette la faute sur la crise ou sur les autres, qui a une attitude négative ne séduira pas le recruteur. 

À la différence d’un candidat positif qui sait se remettre en question. 

Quand on est sans emploi, on peut avoir l’impression d’être inutile. 

Si c’est votre cas, je vous conseille de faire du bénévolat. 

En aidant des personnes en difficulté, vous allez relativiser vos problèmes et constater que vous pouvez faire la différence grâce à vos actions et améliorer la vie des gens. 

Il existe beaucoup de façons pour aider les autres : vous pouvez vous impliquer dans une association, distribuer des repas aux sans-abris, donner des cours de langues à des réfugiés, faire du soutien scolaire etc etc…

Les employeurs apprécient beaucoup ce genre d’initiatives.

Et cela vous donnera un argument de poids à présenter pendant l’entretien d’embauche.

David Fraisse.

 

 

POURQUOI VOUS ET PAS UN AUTRE ? LES 10 MEILLEURES QUESTIONS ET RÉPONSES D’UN ENTRETIEN D’EMBAUCHE (EXEMPLES DE RÉPONSES)

https://www.cadremploi.fr/editorial/conseils/conseils-candidature/entretien-embauche/detail/article/pourquoi-vous-et-pas-un-autre.html